TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

La joie de la tristesse

Note : cet article est une traduction de l’article The Joy of Sadness de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Nuages émotions négativesLa nuit dernière, un gros orage est passé sur Las Vegas. Le tonnerre était si fort et les éclairs si lumineux que je ne suis pas arrivé à dormir, donc j’ai décidé de rester debout un moment. Autour de 3 heures du matin, je suis descendu et j’ai pris une banane et une tasse de tisane. Puis je suis allé dehors et je me suis assis dans le jardin pour regarder l’orage.

L’orage arrivait du sud, et j’ai vu plusieurs fois par minute la foudre tomber pas loin, suivie d’un tonnerre éclatant qui a fait claquer les fenêtres. L’orage se rapprochant, le vent s’est levé et il a commencé à pleuvoir, mais la température est restée autour de 24° celsius. J’étais assis sous un surplomb, bien protégé de la pluie.

Je suis resté assis une heure environ, à méditer sur la nature de l’existence comme j’aime souvent le faire. Je me posais des questions en particulier sur les différentes émotions que nous connaissons dans nos vies. Certaines personnes sont tristes. D’autres sont heureuses. Certaines sont en colère. D’autres ont peur. Certaines sont apathiques. D’autres ont de l’espoir. Tout cela est éphémère pourtant ; aucune émotion n’est éternelle.

J’ai remarqué que ces émotions ont tendance à surgir spontanément en réponse à certains évènements. Quelque chose est arrivé, et nous avons une certaine réaction émotionnelle. Pour la plupart, cette réponse est automatique et involontaire. (suite…)

Une vie meilleure

Note : cet article est une traduction de l’article A Better Life de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Vision idéale de l'avenirLes pensées ne peuvent être formulées que dans le moment présent. Et les pensées ne peuvent avoir d’effet que dans le moment présent. Si vous pouvez saisir ces deux concepts, vous serez capable de vous débarrasser de certaines formes de pensées déconnectées de la réalité et d’exprimer des intentions bien plus efficaces.

Voici un exemple pour aider à clarifier les choses : supposez que vous aimez l’idée de verser 10% de vos revenus à des œuvres de charité. Mais vos finances sont trop serrées pour que vous vous sentiez assez à l’aise pour donner pour le moment. Cependant, vous vous dites que vous avez l’intention de commencer à donner une fois que vous vivrez un plus grand état d’abondance. Donc vous reconnaissez la réalité de votre situation présente tout en ayant une intention positive pour l’avenir. Cela semble raisonnable, non ?

Pourtant, ce type de pensée est en fait autodestructeur. (suite…)

Comment TROUVER DU TEMPS quand on a un boulot SUPER PRENANT ?

Ressources :

– La vidéo « Comment créer du temps à partir de rien (avec les activités en temps masqué) »

Cliquez ici sur le bouton « Youtube » rouge ci-dessous pour vous abonner à la chaîne et être prévenu gratuitement quand une vidéo géniale est publiée :) :

 

Comment arrêter de se plaindre

Note : cet article est une traduction de l’article How to Stop Complaining de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Se plaindrePeut-être que l’étape la plus importante pour perdre l’habitude de se plaindre est de déconnecter le comportement indésirable de votre identité. Une erreur commune que font les plaintifs chroniques est de s’identifier personnellement aux pensées négatives qui traversent leur esprit. Une telle personne pourrait admettre « Je sais que je suis responsable de mes pensées, mais je ne sais pas comment m’empêcher de penser négativement aussi souvent. » Cela semble être une étape dans la bonne direction, et dans une certaine mesure ça l’est, mais c’est aussi un piège. C’est bien de prendre la responsabilité de vos pensées, mais vous ne voulez pas vous identifier à ces pensées au point de finir par vous en vouloir et par vous sentir encore plus mal.

Il serait mieux de dire « Je reconnais ces pensées négatives qui me passent par la tête. Mais ces pensées ne me ressemblent pas. En élevant ma conscience, je peux remplacer ces pensées par des alternatives positives. » Vous avez le pouvoir de reconditionner vos pensées, mais le truc est de garder votre conscience loin du marasme des reproches. Réalisez que même si ces pensées traversent votre esprit, elles ne sont pas vous. Vous êtes le conduit conscient par lequel elles passent. (suite…)

Se plaindre

Note : cet article est une traduction de l’article Complaining de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

GraineSe plaindre, comme tous les schémas de pensées, n’est pas une simple observation. Se plaindre est un acte créatif. Plus vous vous plaignez, plus vous rassemblez vos énergies créatrices pour attirer une chose dont vous pourrez vous plaindre. Vos plaintes pourraient sembler parfaitement justifiées, mais réalisez que chaque fois que vous vous plaignez, vous passez commande pour en avoir plus dans le même goût. Se plaindre ne concerne pas que le passé. À chaque fois que vous vous plaignez, réalisez que vous exprimez une intention – un objectif – pour l’avenir.

Notez que se plaindre n’est pas la même chose que d’avoir une réaction émotionnelle négative. Cette réaction négative d’emblée ne pose pas de problème. Se plaindre est l’acte de renforcer ce que vous ne voulez pas et d’exprimer l’intention d’en avoir encore plus. C’est l’acte de s’arrêter sur ce qui est négatif.

Les gens qui se plaignent se piègent eux-mêmes dans une réalité qui leur donne constamment davantage matière à se plaindre. La vie continue d’être dure avec eux. Leur chance est en dessous de la moyenne. Ils ne font jamais de véritable progrès. Des circonstances malchanceuses, qui semblent sous leur contrôle, continuent à se manifester. Cela semble totalement injuste, mais ça ne l’est pas. Ceux qui se plaignent sont simplement témoins de l’accomplissement de leurs propres requêtes. Chaque pensée est une intention, et les plaintifs expriment généralement des intentions portant sur ce qu’ils ne veulent pas. Donc il est parfaitement logique qu’ils vivent dans une réalité cohérente avec ces pensées. Le plaintif pourrait vous dire que sa réalité provoque ses plaintes, mais il est plus exact de dire que sa réalité reflète ses plaintes.

Se plaindre est aussi addictif. Plus vous le faites, même dans votre propre tête, plus cela devient une habitude ancrée, et plus il est difficile d’y mettre fin. (suite…)

La vie ça craint, et après on meurt

Note : cet article est une traduction de l’article Life Sucks, Then You Die de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Vie et mortQue faire si vous haïssez votre vie ? Ou alors vous ne la haïssez pas totalement, mais vous n’êtes simplement pas heureux de votre situation actuelle ? Peut-être que vous êtes déprimé, que vous vous ennuyez, ou que vous êtes apathique. Ou peut-être que vous ne voyez simplement pas l’intérêt de vivre tout court.

Si vous ne voyez pas l’intérêt de vivre, alors vous passez à côté de l’intérêt de la vie dans son ensemble. L’intérêt de la vie est de l’apprécier.

Votre vie est votre création. Ce n’est pas une chose qui vous arrive – à moins que vous fassiez l’erreur idiote d’abandonner votre poste d’architecte en chef. Si vous vous retrouvez dans cette situation, ne vous sentez pas mal. Nous faisons tous cette erreur à un moment. Nous oublions tous que nous sommes en charge de notre propre vie et que notre expérience de vie est largement sous notre contrôle. Mais la vérité est que nous vivons par choix.

Si vous pensez que votre vie est hors de votre contrôle, c’est parce que vous avez choisi de lâcher les rênes. Qu’est-ce qui arrive quand vous relâchez le contrôle d’un véhicule en mouvement, comme la voiture que vous conduisez ? Son comportement devient imprévisible. Elle pourrait tourner en rond, ou se coincer quelque part, ou même se crasher. N’est-ce pas précisément ce qui nous arrive quand nous abandonnons la responsabilité de notre vie ? (suite…)

Faut-il DONNER ses produits à ses AFFILIÉS ? (Comment MOTIVER vos affiliés)

Ressources :

– La vidéo « Un moyen SIMPLE de BOOSTER vos ventes GRAVE (en ligne ou offline) »

Cliquez ici sur le bouton « Youtube » rouge ci-dessous pour vous abonner à la chaîne et être prévenu gratuitement quand une vidéo géniale est publiée :) :

 

Contribuer via votre carrière

Note : cet article est une traduction de l’article Contributing Through Your Career de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Carrière et argentDe la manière dont je le vois, votre meilleur moyen d’expression à long terme pour apporter une contribution significative au monde est votre carrière. Oui, vous pouvez contribuer en donnant de l’argent et en faisant du bénévolat à côté de votre travail, mais ce n’est pas aussi efficace que d’être capable de donner par le travail que vous faites chaque jour. La plupart du temps, que je vois des gens démesurément concernés par les dons et le bénévolat, c’est parce qu’ils ont la sensation de ne pas assez contribuer par leur travail, donc il y a une part de culpabilité liée à l’argent qu’ils gagnent.

Nous, les humains, avons une grande envie de contribuer, pour faire une sorte de différence positive dans le monde, et quand ce désir n’est pas suffisamment exprimé par notre travail, soit nous nous sentons vides, soit nous cherchons d’autres moyens de l’exprimer.

Si une chose est assez importante pour que vous ayez envie de donner votre argent ou votre temps pour elle, je pense qu’il est mieux d’essayer d’exprimer cette forme de don via votre carrière, pas seulement comme un à-côté. Si vous appréciez votre bénévolat et vos activités charitables plus que votre carrière, cela signifie que votre carrière a un sérieux besoin de mise à niveau. D’après mon opinion, votre carrière devrait être votre meilleur moyen de donner. (suite…)

L’esprit d’abondance

Note : cet article est une traduction de l’article The Abundance Mindset de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

AbondanceVoici une suite à l’article précédent, qualité et contribution.

Un résumé rapide : Le « scénario de l’indignation » est l’état d’esprit qui rechigne à voir quelqu’un dépenser 10 000 $ pour une nuit à l’hôtel. C’est l’état d’esprit qui étiquetterait cela comme un achat extravagant ou comme du gaspillage. Je crois que cet état d’esprit est une énorme erreur.

Si la chambre d’hôtel à 10 000 $ semble être une dépense extravagante, cela signifie que vous êtes hors d’alignement avec l’état d’esprit qui permet de produire 10 000 $ de valeur très rapidement. Ce n’est pas la chambre onéreuse en soi qui vous aide à contribuer. Ce qui vous aide à contribuer est de penser à ce que cela demanderait de devenir le genre de personne qui peut s’offrir le luxe de rester une nuit dans une chambre à 10 000 $ sans même y réfléchir à deux fois – parce que c’est une personne qui est capable de générer énormément de valeur très efficacement. (suite…)

Comment avoir un AVANTAGE INJUSTE sur vos concurrents, l’astuce SIMPLE

Ressources :

– La vidéo « Un défi INSPIRANT (uniquement) pour ceux qui se BOUGENT »

Cliquez ici sur le bouton « Youtube » rouge ci-dessous pour vous abonner à la chaîne et être prévenu gratuitement quand une vidéo géniale est publiée :) :